DISCOURS DU PRESIDENT DE LA TRANSITION, S.E COLONEL ASSIMI GOITA (cérémonie de clôture)

DISCOURS DE SON EXCELLENCE COLONEL ASSIMI GOÏTA PRÉSIDENT DE LA TRANSITION CHEF DE L’ETAT À L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE CLOTURE DU DIALOGUE INTER-MALIENS POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION NATIONALE

Bamako, Le 10 Mai 2024

Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ;

Monsieur Dioncounda TRAORE, Ancien Président de la  Transition ;

Monsieur le Président du Conseil national de Transition ;

Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

Monsieur le Ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Porte-parole du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;

Monsieur le Président du Comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale ;

Messieurs les représentants des autorités religieuses et des légitimités traditionnelles ;

Mesdames et Messieurs les Membres du Corps diplomatique, consulaire et des organisations internationales accréditées au Mali ;

Mesdames et Messieurs les Responsables des Organisations de la société civile ;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs.

Le Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale vient d’achever sa phase ultime. À cette heureuse occasion, je voudrais, avant tout propos, rendre grâce à Allah le Tout-Puissant de nous avoir aidés à conduire le train de la fraternité et de l’unité nationale à bon port.

Mesdames et Messieurs,

Une fois de plus se jouait notre destin collectif et nous venons de donner la preuve qu’en nous inspirant de nos valeurs séculaires, nous pouvons être à la hauteur des défis historiques.

Le mérite revient tout d’abord au peuple malien résiliant qui a su se mobiliser en ayant une conscience claire des enjeux de l’heure. En effet, face à la gravité de la situation dans laquelle notre pays s’est retrouvé et qui menaçait les fondements mêmes de l’État, le peuple malien a opéré une prise de conscience qui lui a permis de s’engager dans la voie de la concrétisation de sa souveraineté.

Ainsi, notre armée, reformée et rééquipée, a entrepris l’œuvre salvatrice de récupération et de sécurisation de l’ensemble du territoire de notre pays.

À la suite les fora, des Assises nationales de la Refondation et des réformes institutionnelles qui s’en sont suivies, il devenait impérieux d’entreprendre des actions salutaires pour sauver notre État.

Mesdames et Messieurs,

Après le succès de l’opération Dougoukoloko ayant permis la récupération de la région de Kidal et d’autres localités importantes de notre pays après une décennie d’occupation sur fond de séparatisme, il était indispensable de dénoncer l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Cette urgence justifiait à bien des égards, l’initiation d’un dialogue direct entre les Maliens.

L’objectif assigné à ce dialogue était de diagnostiquer les causes des conflits intracommunautaires et intercommunautaires afin de tracer une architecture de paix durable, recoudre le tissu social et renforcer le vivre-ensemble.

L’enjeu de ce dialogue inter-Maliens était la préservation de l’unité nationale et de l’intégrité du territoire. Je suis heureux de constater que les Maliennes et les Maliens l’ont bien compris et se sont approprié le processus.

La validation des termes de référence, les rencontres dans les Communes, les Régions et le District de Bamako, les Ambassades et les Consulats, ainsi qu’au niveau national, cette semaine l’ont prouvé à suffisance.

C’est donc le peuple dans toute sa diversité ethnique, religieuse et socioprofessionnelle qui s’est exprimé. Aucun sujet n’a été considéré comme tabou et aucun participant n’a été empêché de s’exprimer.

C’est le lieu d’adresser mes remerciements aux membres du Comité de pilotage, à toutes les institutions publiques, ainsi qu’à toutes les personnes de bonne volonté qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de l’évènement.

Mesdames et Messieurs,

La sauvegarde de l’unité nationale n’est pas seulement une nécessité historique, c’est surtout un devoir sacré pour chaque Malienne et chaque Malien. En effet, chaque fois que nous avons été unis, nous avons surmonté tous les obstacles, mais chaque fois que nous avons été divisés, nos ennemis ont eu le dessus sur nous. La mobilisation du peuple souverain du Mali demeure à cet effet un bouclier impénétrable pour sa survie.

Aujourd’hui, réconciliés et réunis autour de notre destin commun, nous sommes en train de créer les bases du développement pouvant assurer notre souveraineté politique et économique, conformément aux trois principes qui guident l’action publique au Mali et consacrés par la Constitution du 22 juillet 2023, à savoir : le respect de la souveraineté de l’État, les choix souverains du Peuple et la défense de ses intérêts.

Mesdames et Messieurs,

Sans nul doute, le Dialogue inter-Maliens aura tenu toutes ses promesses, et c’est avec un immense espoir que nous envisageons désormais la résolution durable de la problématique de paix et de réconciliation dans notre pays sans ingérence extérieure.

Je voudrais lancer un appel à tous ceux qui n’ont pas participé au dialogue afin qu’ils rejoignent les autres Maliens en vue de bâtir une paix durable, condition essentielle de tout développement.

Pour ma part, j’engage les organes de la Transition à prendre les dispositions qui s’imposent pour la mise en œuvre diligente et le suivi des recommandations que vous avez formulées au nom du peuple malien, en gardant constamment à l’esprit la défense de ses intérêts vitaux.

Avec le Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, les Maliennes et les Maliens viennent de poser la pierre angulaire du chantier de l’édification du Mali Kura, c’est-à-dire un Mali en paix, réconcilié, fort et prospère.

Je voudrais exprimer ma gratitude au président du Comité, monsieur Ousmane Issoufi MAIGA, pour avoir réussi à rassembler les Maliens autour de l’essentiel en quelques semaines.

C’est sur ces notes d’ESPOIR, et en vous souhaitant à tous un bon retour dans vos foyers respectifs, que je déclare clos, les travaux de la phase nationale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale.

Ensemble, nous ferons le Mali Kura !

 Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens !

 Je vous remercie.

Contacts