LA DEFENSE DU TERRITOIRE AU CŒUR DES DEBATS A LA PHASE NATIONALE DU DIALOGUE INTER-MALIENS

La phase nationale du Dialogue Inter-Maliens bat son plein au Centre international de Conférences de Bamako. Au deuxième jour de l’évènement, les délégués ont fini de prendre la température après les émotions fortes de la cérémonie d’ouverture.

Ce mardi matin, l’ambiance dans le grand hall du CICB est à la fois bruyante et colorée. Entre retrouvailles, entrées et sorties des salles de travail, les délégués ont à l’esprit les enjeux du Dialogue Inter-Maliens pour la Paix et la Réconciliation. « Il nous faut la paix pour notre beau pays » lance un délégué de Ménaka à son vis-à-vis venu de Kita. « Oui la paix passe par la sécurité et c’est l’affaire de tous » répond ce dernier avant que les deux ne s’élancent vers la salle de la commission « Paix, Réconciliation nationale et Cohésion sociale ».

Costumes d’administrateurs civils avec les Gouverneurs de Région et du District tous présents, hommes et femmes, en grands boubous et avec des coiffures aux styles de toutes les contrées du pays : Maure, Touareg, Sonrai, Soninké, Dogon, Minianka, Sénoufo, Bobo, Soninké, Bamanan, Malinké, Khassonka, Bozo, tout le Mali dans sa richesse culturelle se retrouve pour discuter de la paix, à l’image de la belle prestation de la symphonie de la Paix offerte la veille à la cérémonie d’ouverture.

Les délégués « dogons » tentent de résister aux attaques verbales des cousins à plaisanterie Sonrai, Bozo et Touareg alors que les Peuls et les Bobos font le concours de celui qui est le chef de l’autre. Mais ici seul le Mali est dans les esprits et l’avenir proche et lointain est scruté.

Dans les salles de travaux, les cinq thématiques sont déjà engagées dans les discussions entre délégués. Dans la salle de la thématique « Aspects sécuritaires et Défense du territoire », on trouve des Gouverneurs, des Officiers supérieurs, des Maliens de la Diaspora, des chercheurs en sécurité, des responsables communautaires. « L’administration du territoire va de pair avec la sécurité. Et vous constatez que dans cette thématique on parle de défense du territoire. Dans la région dont je suis Gouverneur, la sécurité des personnes et des biens est prioritaire. Nous sommes frontaliers des autres pays de l’AES et donc du Liptako Gourma et ces aspects sont au premier plan de la Gouvernance aujourd’hui », nous confie le Gouverneur de Bandiagara, Sidi Mohamed Al Béchir.

Dans cette commission, la journée a été remplie, nous rapporte la vice-présidente, Mariam Salikéné COULIBALY. « Oui c’est une thématique aussi stratégique que sensible. Mais nous avons laissé tout le monde s’exprimer. Nous nous sommes enrichis de nos expériences, de nos opinions pour aboutir à des recommandations pertinentes à proposer à la première session plénière ce mercredi » résume-t-elle, les traits tirés par plus de huit heures de débats.

AS/CCOM-DIMPR/070524

 

Contacts