DIALOGUE INTER-MALIENS : LES DIPLOMATES BIEN INFORMES SUR LE PROCESSUS

Ils sont venus très nombreux répondre à l’invitation du Président du Comité de Pilotage du Dialogue inter-Maliens. Les diplomates accrédités dans notre pays, ainsi que les responsables des organismes internationaux n’ont pas caché leur joie quant à la tenue de cette séance d’information et d’échanges fructueux. Dans ses mots d’introduction, le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye DIOP, a d’abord campé le décor en mettant l’accent sur le caractère inclusif du processus en cours. Ce faisant, il a tenu à donner des assurances aux hôtes du jour quant à l’aspect temporaire de la mesure d’interdiction visant les activités des partis et des associations à caractère politique.

Pour le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, « il faut donner toutes les chances de réussite au dialogue inter-Maliens ». Ce que confirme d’ailleurs Ousmane Issoufi MAIGA. Pour le Président du Comité de Pilotage, son équipe a fait l’analyse objective de l’échec des précédentes médiations pour en tirer tous les enseignements possibles. Ce dialogue, ira-t-il, n’est dirigé contre personne. Il vise simplement à créer les conditions pour une paix durable et une réconciliation sincère.

Après les explications données par M. MAIGA, l’Ambassadeur du Tchad au Mali, son excellence Madame Kalzeube Neldikingar MADJIMTA n’a pas manqué de faire part de toute son appréciation quant à cette initiative. Pour elle « le dialogue inter-Maliens a besoin d’être soutenu, et c’est l’union des cœurs des Maliens qui va permettre l’instauration d’une paix durable ». La démarche lui semble bonne et elle a conclu qu’il est temps qu’on puisse avoir des mécanismes africains pour résoudre les problèmes africains.

Pour Nicolas SIMARD, ambassadeur du Canada, l’approche du Comité de Pilotage est globalement bonne et leur soutien ne fera pas défaut. Il s’est beaucoup appesanti sur la question de l’inclusivité, gage de la réussite du processus. Comme pour le rassurer, le Président du Comité de Pilotage dira que « l’inclusivité est le fondement même de ce dialogue qui n’aura aucun sujet tabou ». Le représentant du HCR a évoqué le cas des réfugiés Maliens présents dans les pays voisins. Des réfugiés et les déplacés internes qui auront naturellement leur mot à dire, précisera Ousmane Issoufi MAIGA, avec des délégués présents lors des phases communale, régionale et nationale.

 

Contacts